PROJET

Projet EducEurope

Le contexte

Une crise de l’éducation

Le constat d’une crise de l’éducation s’est fait jour en Europe chez les professionnels et dans la société. Annoncée dans d’autres configurations (1958 : Arendt, ‘Crisis in Education’, Partisan Review), elle se manifeste aujourd’hui sous la forme de nouveaux défis d’éducabilité :

  • atteinte au principe d’autorité (perte de repères, idéal de parité entre les générations, abolition de la sanction)
  • tensions interculturelles (repli communautaire, montée du religieux)
  • mise en cause de l’école comme agent de transmission des savoirs (inégalités scolaires, décrochage, inclusion scolaire problématique, déficit d’insertion des enfants de migrants, tensions école/famille)
  • augmentation des troubles repérés dans la jeunesse (trouble oppositionnel, TDAH, troubles «dys»/prévalence du trouble autistique passé de 1 sur 5000 en 1975 à 1 sur 68 en 2014. source : Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, EU).

Les éducateurs déplorent le manque de formation

Les éducateurs sont désemparés, voire en souffrance professionnelle et déplorent le manque de formation adaptée.

Face à cette crise multiforme et soucieux de ne pas colporter une vision décliniste de l’éducation, notre projet est de mieux former les éducateurs dans ces contextes. L’enjeu est de définir un nouveau profil d’intervenants capables d’agir à un niveau méta pour accompagner les professionnels de terrain, particulièrement ceux qui travaillent en zones sensibles et avec des populations vulnérables (dans la zone Euro, augmentation du nombre de personnes menacées par la pauvreté ou l’exclusion sociale entre 2006 et 2015, source : Eurostat).

Composé de 5 équipes universitaires (France, Luxembourg, Italie, Royaume-Uni), 3 institutions socio-éducatives et d’associés, le Partenariat EducEurope s’engage dans un travail d’élucidation de la notion de crise par le recueil croisé de récits de pratiques et leur analyse (output O7) et la production d’un Thésaurus (output O4). Ce travail servira de base à la conception de formations adaptées aux nouveaux besoins éducatifs, aux situations nationales et constantes transnationales (outputs O1, O2, O3).

Nouveaux besoins

Les objectifs

Nouveaux besoins et objectifs à court et moyen termes

EducEurope veut répondre aux besoins d’accompagnement des professionnels de l’éducation, de l’enseignement et du soin, appelés à agir au-delà de leur cœur de métier et à affronter des problématiques inédites en termes d’identités et de désaffiliation/décrochage de jeunes dont ils s’occupent. Il veut générer des compétences et des qualifications afin d’occuper les fonctions « métas » nécessaires en termes d’accompagnement, de médiation et de diagnostic, en s’appuyant sur des expérimentations avec ses partenaires socio-éducatifs.

Parmi les nouveaux besoins figurent, en première ligne, ceux relatifs aux populations labiles, notamment les populations migrantes déterritorialisées présentant d’importants signes de paupérisation, d’instabilité géographique, que les dispositifs actuels de scolarisation et d’inclusion ne parviennent pas à encadrer (dans l’UE, 26,7 % de « décrocheurs » chez les jeunes nés hors Union européenne – Early School Leaving Report, Nov. 2013, European Commission).

Renforcer la professionnalité par les métacompétences

Le Partenariat EducEurope veut s’engager dans la construction de formations en vue de soutenir les processus de professional drop-in et le développement de métacompétences. Par métacompétences, nous entendons des capacités de diagnostic, de création et portage de dispositifs de travail réflexif, de médiation notamment auprès des familles, de mobilité culturelle et géographique, de coordination de partenariats à diverses échelles : collectivités locales, territoriales, nationales, européennes.

Le Partenariat nous permet de réfléchir à la construction d’une nouvelle professionnalité, fondée sur ces besoins aux frontières de l’éducatif, de l’enseignement et du soin. Dès la 1re année un dispositif de réflexion et de formation est mis en place avec des rencontres universitaires/professionnels de terrain (partenaires socio-éducatifs et associés), intégrant un triple niveau d’analyse des situations : dimensions subjectives, institutionnelles et sociales à l’œuvre dans les liens éducatifs. L’expérimentation pédagogique intégrera des étudiants de Masters existants concernés par les métiers de l’enseignement, du travail social, de la santé, et nos partenaires socio-éducatifs. La perspective est de créer (3e année) un module expérimental de formation intégré aux formations existantes.

L’ambition est de bâtir un dispositif expérimental de formation (diplôme ou certificat universitaire, Certificate of Advanced Studies) qui servira de première marche vers la construction d’un Master européen pour former des formateurs et des intervenants aux nouvelles fonctions de médiation et d’accompagnement des équipes, capables de puiser dans les expériences des autres pays pour enrichir/moduler leurs pratiques, voire capables de circuler d’un pays à l’autre.

Deux dimensions propres

LA MÉTHODOLOGIE

1. Questionner les expressions de la crise

L’approche en elle-même, qui questionne les expressions de la crise afin de contribuer à fournir les outils pour la penser. Cette approche se décline selon trois axes de travail :

  • Identifier les manières dont la crise est formulée dans les divers contextes culturels, institutionnels, sémantiques et conceptuels, mais aussi repérer la diversité des représentations que s’en font les acteurs de l’éducation d’un territoire à un autre. Parlons-nous de la même chose lorsque nous parlons, en Europe, de « crise des éducations » ?
  • Mettre en évidence les dimensions transversales, plutôt que sectorielles, des remaniements que traversent les domaines concernés.
  • Accompagner les acteurs de l’éducation en identifiant les métacompétences que les situations de crise impliquent d’élaborer.

2. Les productions de supports

Les productions (outputs), qui seront réalisées au cours des trois années, en particulier le Thésaurus et le module de formation interuniversitaire.

Ces productions seront proposées comme supports :

  • de requalification des phénomènes rencontrés pour produire des appréhensions plus adéquates ;
  • de production de nouvelles formes de compétences pour les acteurs dans le but de faire émerger à terme une nouvelle professionnalité.
  • d’une méthodologie de travail transnationale dans le champ de l’éducation pouvant essaimer vers d’autres territoires ;
  • d’une démarche pédagogique réflexive et ouverte à la co-animation transnationale, ce qui constitue une véritable innovation en matière d’analyse de situations éducatives à partir d’une lecture intégrant les registres subjectif, collectif et institutionnel,
  • de pratiques pouvant s’appuyer sur les médias numériques, en particulier les plateformes pédagogiques de type Moodle et les espaces ouverts de diffusion des savoirs de type Mooc.